Abandon

Christophe Gilles

Le sol qui parfois
Sous mes pieds se dérobe
Laisse dans la bouche
Une étrange amertume,

Les fleurs fleurissent
Et les arbres bourgeonnent,

Et le vide si franc,
Si froid et si tranchant
Qu’il coupe dans les veines
D’un trait net et sans appel,

Les fleurs fleurissent
Et les arbres bourgeonnent,

Sur ma tête le ciel
Qui demande pardon
D’être plein de chagrin
Et se vide soudain,

Les fleurs fleurissent
Et les arbres bourgeonnent,

Les déserts de silice
Qui se gonflent d’un monde
Peuplé de maléfices
Qui m’attirent et m’inondent,

Les fleurs fleurissent
Et les arbres bourgeonnent,

Je reste sur le dos
Comme une coquille vide,
La lumière blêmit
Et mon esprit s’enfuit,

Les fleurs fleurissent
Et les arbres bourgeonnent,
Mais l’hiver reviendra.

View original post

Publicités

Exprimez-vous :

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s