Amitiés

Christophe Gilles

Chère solitude,
Je t’avais perdu de vue
Quelques instants
Mais à nouveau
Te voilà,
Toi et tes glorieux instants de vide
Où le néant digère le monde.
Chère solitude,
Je te reconnais
Sous le velours et la soie,
Je te reconnais
A cette façon que tu as de danser
Devant les lumières crues
Des rues efflanquées
Et des grands boulevards.
Chère solitude,
Demain tu partiras à nouveau
Et je serai seul
Face à moi-même…
Jusqu’à la prochaine fois.

View original post

Publicités

Exprimez-vous :

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s